Visite de monsieur Claude Bloch au collège Notre-Dame du Mas

Logo Collège NDDMM Claude BLOCH

Le jeudi 22 novembre dernier, les élèves de 3e du Collège Notre Dame du Mas ont reçu Monsieur Claude Bloch, un des derniers témoins de la Shoah.
Monsieur Bloch a d’abord procédé à la mise en contexte de la situation de la France et du monde durant la Seconde Guerre mondiale, réactivant ainsi les connaissances acquises par les 75 élèves de 3e en cours d’Histoire. Puis, Monsieur Bloch s’est concentré sur sa situation familiale et personnelle.

M Claude BLOCH
Né en 1928, Claude Bloch est encore un adolescent en 1944 et suit sa scolarité au lycée la Martinière. Le jeune Claude vit avec sa mère et ses grands-parents maternels dans un appartement lyonnais, qu’ils quittent peu avant que celui-ci devienne un bureau de la Milice.
La famille Bloch s’est alors installée à proximité de Lyon, à Crépieux. Le jeune Claude prend le bus pour se rendre au lycée, son grand-père transforme opportunément sa carte d’identité et son nom en Blachet afin qu’il échappe aux contrôles de police récurrents dans les transports en commun.
Le 29 juin 1944, la Milice et son chef lyonnais, Paul Touvier, arrêtent Claude avec sa mère et son grand-père, ils sont d’abord emmenés dans un local de la Gestapo. Son grand-père ne survivra pas à son interrogatoire. Avec sa mère, Claude est ensuite transféré à Montluc, prison que nos élèves visiteront le 6 juin 2019.
Ils sont ensuite déportés à Drancy, camp de transit, et enfin à Auschwitz, où sa mère lui sauve la vie en le poussant dans la ligne des adultes juste avant la sélection. Ce fut la dernière fois qu’il vit sa mère.

M. Bloch poursuivit son exposé sur l’histoire du camp d’Auschwitz et les terribles conditions de vie imposées aux prisonniers. Devant l’avancée des Soviétiques, les S.S. évacuent une partie des détenus en direction de la mer Baltique où le calvaire de Claude Bloch va s’arrêter. Le terrible régime des camps de concentration lui a fait perdre 15 kg (il n’en fait alors que 30) et a endommagé son cœur. Il est soigné pendant plusieurs mois en Suède avant de retrouver Lyon et sa grand-mère le 22 juillet 1945.
Claude Bloch reprend alors le cours de sa vie, termine ses études (malgré un premier refus du lycée la Martinière de le reprendre pensant qu’il a fait l’école buissonnière) et devient comptable en 1948. Le temps n’est alors pas aux témoignages, car les Français ne veulent pas écouter les survivants de la Shoah et Claude Bloch garde donc pour lui sa dramatique expérience.

Depuis une vingtaine d’années et sa retraite, il sillonne avec courage les routes du département du Rhône et au-delà pour répondre, comme il l’a fait ce 22 novembre, aux interrogations des jeunes générations sur cette période troublée.
Les élèves et les adultes du collège Notre-Dame du Mas remercient chaleureusement Claude Bloch d’avoir accepté de partager ses douloureux souvenirs et d’avoir donné du sens au devoir de Mémoire.

Mme Girin, M. Raynaud, professeurs d’Histoire-Géographie